Menu

Territoriales 2015 : Un exécutif régional ou un Gouvernement corse ?


Rédigé le Lundi 9 Novembre 2015 à 16:17 | Lu 291 commentaire(s)


Les 6 et 13 décembre prochains auront lieu les élections territoriales corses et l'enjeu est inversement proportionnel à la durée de la mandature ! Il sera question de choisir entre avoir un exécutif régional ou un véritable gouvernement corse.


Un exéctif aux ordres de Paris !

Que ce soit avec une majorité de droite (1992-2010), ou une majorité de gauche (2010-2015), force est de constater que l'exécutif corse a toujours eu la volonté de plaire à Paris, voire parfois de s'y complaire, plutôt que de jouer son rôle, c'est-à-dire de défendre d'abord et avant tout l'intérêt du peuple corse.
 
Certains diront, à juste titre, que des votes symboliques, donc politiques, ont eu lieu sous des majorités de droite (résolution sur le peuple corse, communauté de destin en 1988) ou de gauche (coofficialité, statut de résident...). Cependant, nul ne peut nier que, d'une part, ces votes sont tous issus des revendications nationalistes et ont répondu ou répondent à une demande sociale des Corses et, d'autre part, pour ne pas fâcher Paris, toutes les majorités, de droite comme de gauche, ont rangé ces résolutions au placard , alors que largement adoptées par l'Assemblée de Corse, Parlement représentant légitimement les intérêts du peuple corse,.
 
José Rossi, Camille de Rocca Serra, anciens Présidents de l'Assemblée de Corse, respectivement de 1992 à 2004 et de 2004 à 2010, et Paul Giacobbi, Président de l'exécutif de 2010 à 2015, chacun souhaite diriger le prochain exécutif et pourtant, au moment où il a dirigé une majorité, aucun n'a eu le cran de s'opposer frontalement à Paris quand cela était nécessaire.
 
Ces 3 hommes ont en commun d'être des hommes politiques du passé, et même du passif aurait dit un certain Président français. En fait, ils sont un peu comme le passé antérieur, le passé simple et le plus-que-parfait. On sait qu'ils sont tous du passé mais on ne sait plus trop qui est le plus lointain des 3.

Revendiquer ses droits !

Partout, en Europe, les peuples qui ont pris leur destin en main l'ont fait non pas en quémandant la permission auprès de leur gouvernement central mais en imposant leurs volontés légitimes et démocratiquement validées par le peuple.
 
Les Ecossais, qui ont un gouvernement dont le chef porte officiellement le titre de ''First Minister'' (Premier Ministre), ont imposé au gouvernement de Londres l'organisation d'un référendum sur l'indépendance dont les Anglais ne voulaient pourtant absolument pas. Londres ne l'a accepté que contrainte et forcée!
 
Le 9 novembre 2014, les Catalans ont voulu organiser, à leur tour, un référendum mais le gouvernement espagnol a tout fait pour l'interdire. Ils ont donc organisé une élection plébiscitaire en faveur de l'indépendance en septembre dernier. Une fois de plus, le gouvernement central a dû se rendre à l'évidence: nul ne peut arrêter un peuple en marche !

Un gouvernement de la Corse !

Il nous faut faire de même en Corse. Il nous faut réaliser que nous avons des droits légitimes (peuple, terre, langue...) et que nous devons les imposer à Paris, car Paris ne nous les donnera jamais de son plein gré.
 
De plus, pourquoi élire un exécutif régional, dirigé par Rossi, Rocca Serra ou Giacobbi, si c'est pour qu'il ait moins de pouvoir qu'un homme non élu, nommé un mercredi matin à Paris, en Conseil des Ministres, et qui ne connaît rien à la Corse ?
 
Les 6 et 13 décembre prochains, il nous faut élire notre Primu Ministru Corsu à la tête d'un véritable gouvernement de la Corse, qui aura pour mandat impératif de faire (re)vivre le peuple corse. Voilà tout l'enjeu de cette élection !
 
Autrement dit, il ne faut rien attendre de Paris ni de ceux qui veulent plaire à Paris. Il faut arracher ce qui nous est dû, c'est-à-dire notre droit à nous autodéterminer. Cela doit se faire démocratiquement, pacifiquement mais sans reniement aucun.
 
En votant Femu a Corsica, on se donne les moyens de sortir du passé pour se projeter vers l'avenir; en votant Femu a Corsica on se donne les moyens de sortir du système clanique pour rentrer dans un système démocratique; en votant Femu a Corsica on se donne les moyens d'avoir notre propre gouvernement corse et non un simple exécutif régional aux ordres de Paris.

Alors les 6 et 13 décembre prochains, faites votre choix ! Voulez-vous un simple exécutif régional ou un véritable gouvernement corse ?
 
Eiu, vuteraghju per avè un guvernu corsu è per avè un avvene corsu.
Vuteraghju Femu a Corsica !
 
Roccu GAROBY
Président des Jeunes de l'Alliance Libre Européenne, Membre du PNC Ghjuventù
 



Dans la même rubrique :
< >


Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss


Facebook

Inscription à la newsletter